Accessoires du vin

De nombreuses données sur les accessoires du vin

Les accessoires du vin sont nombreux. Cela commence bien-sûr par les accessoires de conservation, mais il y a aussi les caves naturelles et les artefacts.

Quelques généralités :

Pour commencer, il faut éviter les verres trop épais, car se présenterait une sensation de lourdeur dans le vin. Ne pas prendre un verre trop grand, car le vin s’aérerait trop rapidement, ce qui est généralement le cas pour les vins assez vieux. Il n’est pas forcément nécessaire de boire un vin rouge dans un verre plus grand qu’un verre à vin blanc. Il ne faut pas non plus remplir le verre au maximum ; selon la forme et la taille du verre, il conviendra de remplir les grands verres au quart, sinon au tiers.

Champagne :

Pour le Champagne, trois possibilités s’offrent à nous : les coupes, les flûtes où les verres. Les coupes sont des verres dont la surface est plus grande, plus évasée. Ainsi le Champagne perd assez vite ses bulles ; la tenue en main du verre est également plus délicate, étant donnée la superficie du contenant. Tandis que la flûte, au contraire moins évasée au niveau du col sera plus agréable pour la dégustation du Champagne. Faire tourner le vin dans le verre, contrairement à la coupe. Le verre ne sera pas rempli à son plus haut niveau, mais à moitié, pour laisser s’exprimer le Champagne. En ce qui concerne les verres, existe la possibilité de prendre un verre qui ne soit pas trop ouvert, pour éviter que les bulles ne partent trop vite ; pas trop étroit non plus pour que le côté vineux du Champagne ressorte agréablement. Un verre à vin blanc classique fera l’affaire.

En ce qui concerne les autres vins, un verre universel, d’une contenance moyenne de 35cl, est le mieux adapté. En ce qui concerne les verres plus classiques, il y a le verre type INAO, pratique pour une dégustation, un peu moins pour un repas. Pour les vins rouges qui sont tanniques ou bien renfermés sur eux-mêmes, prévoir un verre assez large et haut pour développer le maximum d’arômes. Les vins rouges de Bourgogne nécessiteront plutôt un verre assez rond à l’encolure, et un peu plus refermé dans le haut ; le Pinot Noir est un cépage qui s’exprime très bien une fois aéré. Les vins blancs pourront être servis dans des verres plus classiques, mais toujours à la forme généreuse, pour que le vin s’aère, pas trop non plus.

Thermométrie :

La thermométrie est là pour assurer une bonne température à la cave et aux bouteilles. Quant à la cave, il est important qu’elle soit à la même température tout au long de l’année. L’idéal se situe entre 13 et 15°C. Il faut éviter d’avoir sa cave près d’une source de chaleur… La lumière est elle aussi un facteur à limiter ; préférer une cave avec un éclairage naturel si possible. Un autre important facteur est l’hygrométrie. Tout comme la température, elle doit être stable. Si elle est trop élevée, le bouchon et l’étiquette risquent de moisir. Trop basse, le bouchon pourrait se dessécher et l’air serait en contact avec le vin, ce qui provoquerait une accélération du vieillissement du vin. Pour avoir une hygrométrie la plus constante possible, un sol recouvert de terre battue ou même de graviers, arrosés régulièrement, sera un facteur déterminant de la conservation de vos bouteilles. Si la température, l’absence de vibrations, la lumière, ainsi que l’hygrométrie sont en de bonnes conditions, votre cave sera prête à accueillir les vins que vous appréciez, pour une cave chez soi, sous la maison ou à côté du garage…

Il existe un grand nombre de sociétés proposant des caves à vins avec une contenance de bouteilles qui varie selon les marques. Il existe des caves de vieillissement, destinées à garder des vins durant plusieurs années, voire jusqu’à leur apogée. L’on trouve aussi sur le marché des caves de conservation, qui seront plus adaptées pour des vins à boire rapidement.

Rafraîchissement :

Le rafraîchissement concerne essentiellement les vins blancs et rosés, certains vins rouges aussi, et quelques vins du Val de Loire par exemple.

Commençons par les vins blancs, qu’ils soient de Bourgogne, moelleux ou liquoreux, ou bien du Val de Loire, ils ne se dégustent pas à la même température.

Le Champagne : 8 à 10° et pour les grandes cuvées, pouvant aller jusqu’à 12 ou 14°. Attention à ne pas le servir trop frais, les bulles seraient agressives pour le palais. Pour ce qui est des vins moelleux, liquoreux, Vendanges Tardives, une température de 10 à 14° est appréciable. Bu un peu trop chaud, le palais aurait la sensation de n’avoir que du sucre en bouche. Les vins blancs secs s’apprécieront à une température de 8 à 10°, tandis que pour les vins un peu plus opulents, gras en bouche, une température de 10 à 14° est parfaite. En ce qui concerne les vins rouges de Bourgogne, une température de 15 ou 16° est conseillée ; leur finesse et leur élégance apprécieront un environnement légèrement frais. Les Bordeaux quant à eux, se dégusteront aux alentours de 17°. En règle générale, les vins rouges ne se dégustent pas à une température inférieure de 15°, sauf quelques vins du Val de Loire qui peuvent s’apprécier légèrement rafraîchi, mais pas en dessous de 12°.

Coutellerie, tire-bouchons :

« Tire-bouchon », « Sommelier », « Limonadier », et tant d’autres noms pour définir l’instrument servant à ouvrir une bouteille. Avant toute ouverture d’une bouteille de vin, il faut s’assurer d’avoir le bon outil. Existent toutes sortes de tire-bouchons, du plus simple, à la mèche en « queue de cochon », au plus compliqué, en passant par celui à levier, le tire-bouchon à un cran ou 2 crans, ainsi que le bilame, qui, lui, est plus utilisé pour les bouchons assez anciens qui risqueraient de tomber dans la bouteille avec une mèche ordinaire.